cannabis médical est totalement légal depuis 2013 ;Cet article, mis à jour le 23 novembre 2020, décrit les étapes nécessaires pour prescrire du cannabis à des fins médicales et pour accéder à un traitement. En Italie, le un petit résumé de ce qui s’est passé aidera à bien comprendre les questions abordées dans cet article, à savoir :

  • processus de prescription de médicaments et procédure du patient pour accéder au traitement
  • Remboursement et diversification régionale
  • Processus d’approvisionnement pour les patients, les hôpitals/ASL, les pharmacies et les distributeurs agréés
  • coûts

Index

  • 1. Une brève histoire du cannabis médical en Italie
  • 2. Comment le cannabis médical est-il prescrit ?
  • 3. Obtention de cannabis médical sur ordonnance blanche (médicament facturé au patient)
  • 3.1 Problèmes liés à l’obtention de cannabis médical avec une ordonnance blanche
  • 4. Ordonnance de cannabis médical Charge SSR
  • 4.1 Que doit faire le patient ?
  • 5. Achat de cannabis médical par les pharmacies
  • 6. Achat de cannabis médical par AUSL/hôpitaux
  • 7. Coûts du cannabis médical
  • 8. Prescription de cannabis : les conclusions
  • 9. Références

1. Une brève histoire du cannabis médical en Italie

En ce qui concerne l’usage médicinal du cannabis en Italie, les premiers changements sont survenus en 2007dronabinol lorsque le tétrahydrocanabinol (THC) – en tant que substance pure – a été inclus dans la liste des stupéfiants pouvant être utilisés pour la fabrication de médicaments. À l’époque, cependant, l’interprétation la plus restrictive envisageait que le THC pur (c’est-à-dire le synthétique, obtenu dans les laboratoires pharmaceutiques) puisse être utilisé, mais pas le cannabis en tant que plante dans son ensemble (contenant du THC).

Pour cela (et pour d’autres raisons) dans 2013 , la phrase « drogues d’origine végétale à base de cannabis (substances et préparations végétales, y compris extraits et teintures ») a été insérée (décret ministériel 23/01/2013, JO n° 33 du 08/02/2013), consacrant définitivement l’usage légal du cannabis en Italie parmi les drogues pouvant être utilisées pour la préparation de médicaments.

2. Comment le cannabis médical est-il prescrit ?

Comme tous les médicaments, le cannabis thérapeutique peut être prescrit par n’importe quel médecin (chirurgien ou vétérinaire) qui, en science et en conscience, le considère comme le plus approprié.

Le cannabis médical peut être prescrit aux frais du patient pour toute maladie pour laquelle il existe un minimum de littérature scientifique accréditée . Nous avons abordé ce sujet dans un autre article :

Lecture suggérée :

Quelles sont les maladies qui bénéficient du cannabis médical ?

Certaines conditions sont remboursées par le système régional de santé. Pour tous les autres, les médecins sont tenus de prendre une décision fondée sur des preuves scientifiques publiées. Le but de cet article est de clarifier ces questions. En savoir plus » En dérogation partielle à ce discours, il faut dire que si la liberté pour le Docteur est totale (conformément à la législation en vigueur Loi 94/98) lorsque le médicament est payé (c’est-à-dire que le patient achète en le payant de sa poche), lorsque le médicament est d’autre part la responsabilité du Regional Health System (SSR) (c’est-à-dire gratuit pour le patient), il y a plus de contraintes pour le médecin. Dans ce cas, on parle de la pertinence prescriptive .

En vertu de ce qui est écrit ci-dessus, en voulant expliquer quel est le processus d’obtention du cannabis par un patient Sur le plan médical, il est nécessaire de faire la distinction entre le moment où le cannabis est prescrit sur ordonnance privée et payante (la recette « blanche ») et le cannabis prescrit par le système régional de santé (SSR) .

En d’autres termes, l’accès au cannabis médical est :

  • très simple si elle est prescrite moyennant des frais
  • du plus simple au plus complexe si le SSR le prescrit (la difficulté varie d’une région à l’autre)

Pour vous aider à naviguer dans ce sujet, vous pouvez en savoir plus dans cet article : « Cannabis médical et remboursabilité région par région »

En général, la loi qui régit la prescription principale du cannabis médical est la loi 94/98 connue sous le nom de « Loile Docteur à signaler, entre autres, le type du cannabis, la raison pour laquelle le docteur demande au pharmacien de préparer et (pour la protection de la vie privée) un code alphanumérique Di Bella » (c’est exact, QUE Professeur Di Bella) et par le décret ministériel 9/11/2015. En bref, cette loi oblige (chiffres et lettres) à l’endroit du prénom ou du nom de famille.

Des données anonymes sur l’âge, le sexe, le poids du cannabis, le dosage et les exigences en matière de traitement sont également requises à des fins statistiques, comme l’exige le projet pilote, en remplissant le formulaire de collecte des données sur les patients traités à envoyer au Région territorialement compétente en fonction des indications que les régions elles-mêmes fourniront.

3. Obtention de cannabis médical sur ordonnance blanche (médicament facturé au patient)

Le processus décrit est le suivant :

  1. le patient se rend chez le médecin (tout : basique, privé, spécialiste, hôpital, etc…)
  2. si le médecin diagnostique et évalue thérapie médicale nécessaire au cannabis conformément à la loi 94/98, établit une prescription médicale « blanche » qui donne au patient (il n’y a pas de limite de quantité)
  3. le patient se rend dans une pharmacie galénique qui prépare du cannabis médical
  4. attendre un certain temps pour la préparation, payer et retirer le médicament à base de cannabis

Rien de plus. Mais bien sûr, la réalité n’est pas aussi simple que la théorie. Voici les principaux problèmes rencontrés.

3.1 Problèmes liés à l’obtention de cannabis médical avec une ordonnance blanche

nombreux médecins refusentTout d’abord, un médecin n’est JAMAIS obligé de prescrire un traitement (qu’il soit basé sur le cannabis ou tout autre médicament), surtout si, en science et en conscience, il considère que ce n’est pas le médicament nécessaire à votre patient. À l’heure actuelle, de même de considérer le cannabis comme option thérapeutique parce qu’ils ne le savent pas et ne veulent pas le savoir ou « parce qu’il s’agit d’une drogue abusive ».

Deuxième problème : après avoir trouvé le médecin qui a préparé l’ordonnance, il reste à trouver une pharmacie qui prépare du cannabis médical (environ 600 sur 19 000 en Italie). Une fois trouvée, cette pharmacie doit être approvisionnée avec l’une des neuf variétés légalement prescriptibles : tout le monde ne sait peut-être pas que depuis deux ans, nous vivons dans un état de manque continu de cannabis lié à une très forte demande (de la part des médecins et des patients) et à une offre limitée (liée à importation insuffisante de l’Italie en provenance des Pays-Bas ou du Canada).

Il convient de rappeler qu’en 2017, le ministère de la Santé, par l’intermédiaire de l’Office central des stupéfiants, a infligé une amende aux pharmacies informant les patients de la disponibilité du cannabis de plusieurs milliers d’euros Medica (en informant et en faisant savoir où le trouver), estimant que « propagande publicitaire indirecte ».

Centre de médecine intégrée

CLINN

Pour commencer un cours thérapeutique avec le cannabis, vous pouvez compter sur Cinn, le premier centre italien de médecine intégrée spécialisé dans l’utilisation des cannabinoïdes pour soutenir les thérapies pharmacologiques traditionnelles. Visitez le site Web pour en savoir plus »

4. Ordonnance de cannabis médical payée par la SSR

Le remboursement des médicaments à base de cannabis n’est pas prévu par toutes les régions , mais uniquement par les régions qui ont légiféré sur la distribution de « médicaments cannabinoïdes ».

Étant donné que la plupart des régions n’ont PAS encore accordé de prescription gratuite de cannabis médical, dans certaines régions (par exemple Piémont, Vénétie, Émilie-Romagne, Toscane, Marche, Campanie, Pouilles), il est possible pour le patient d’obtenir du cannabis gratuit , mais (déjà dit, répétons-le) SEULEMENT pour certaines indications thérapeutiques, c’est-à-dire uniquement pour certains types de maladies.

En d’autres termes, peu importe que vous soyez exempté du droit civil ou handicapé, mais seuls ces facteurs comptent :

  1. la région dans laquelle vous résidez
  2. si, dans cette région, la maladie que vous êtes touchée est reconnue pour le cannabis fourni gratuitement

Il s’ensuit que pour la même maladie, un patient résidant dans la région X peut obtenir gratuitement du cannabis médical, alors que dans la région Y, il doit encore payer pour cela.

Contrairement à l’achat de cannabis payant, il n’y a pas de processus de prescription unique, mais il varie (comme on le répète) d’une région à l’autre.

cannabis peut être remboursé, mais malgré le décret DM 9/11/2015 mentionné précédemment, les pathologies pour lesquelles le remboursement est reconnu varient d’une région à l’autre, qui légifère Le indépendamment des pathologies, des formes pharmaceutiques et parfois des méthodes de prescription.

En fait, certaines régions pour reconnaître la remboursabilité exigent un plan de traitement (qui peut être pris en charge et suivi par le médecin généraliste), d’autres n’ont déterminé que des variétés de cannabis ou des types de préparation. Pour être sûr de la possibilité de remboursement, il est toujours utile de se référer à l’organisme territorial compétent car la situation est très inégale, sans tenir compte du fait que certaines régions n’ont pas délibéré, d’autres seulement délibéré et d’autres ont déjà achevé l’ensemble de la procédure. processus de mise en œuvre.

Les régions qui ont promulgué des lois régionales concernant la distribution de « médicaments cannabinoïdes », prévoyant une véritable distribution gratuite sur le territoire, sont les suivantes :

  • Campanie
  • Émilie-Romagne
  • Friuli Venise Giulia
  • Latium
  • Lombardie
  • Marches
  • Piémont
  • Pouilles
  • Sardaigne
  • Sicile
  • Toscane
  • Ombrie
  • Vénétie
  • Pour plus d’informations sur le remboursement région par région, consultez ce guide.

Formation sur la prescription de cannabis, réglementation et posologie

CANNABIS

Le cours de formation en 3 points :

  • CM en pratique clinique
  • La pharmacocinétique du CM
  • Dosages et contre-indications

En savoir plus »

4.1 Que doit faire le patient ?

En voulant décrire (toujours de façon schématique) le processus moyen qu’un patient doit suivre pour que le cannabis médical soit responsable de la SSR, on pourrait dire que :

  1. le patient se rend chez le médecin spécialiste conventionné ou au Installation hospitalière autorisée à prescrire
  2. le médecin spécialiste/établissement agréé établit un plan thérapeutique (valable de 3 à 6 mois) avec lequel il met en place le traitement au cannabis médical (posologie, voie d’administration, posologie, etc…)
  3. avec le plan thérapeutique, le patient se rend chez le médecin de soins primaires qui établit une recette « rouge » (NHS) avec l’exigence mensuelle (par ailleurs, chaque mois, le patient doit refaire la recette, dont il a une validité maximale de 30 jours)
  4. le patient se rend dans une pharmacie galénique qui prépare du cannabis médical
  5. attendre un certain temps pour la préparation, payer et retirer le médicament à base de cannabis

Ici aussi, les problèmes critiques sont les mêmes que ceux rapportés précédemment, à savoir la disponibilité des médecins pour suivre la voie thérapeutique à base de cannabinoïdes et la disponibilité du médicament en pharmacie Italienne.

Dans d’autres régions, cependant, le processus d’obtention de cannabis médical supporté par SSR est plus simple :

  1. le patient se rend au médecin généraliste
  2. si le médecin diagnostique et évalue la thérapie médicale au cannabis nécessaire et que la maladie est remboursée par la Région, il établit une prescription médicale « ad hoc » (peut être « rouge » ou « blanche ») avec un maximum de 30 jours de traitement et de livraison au patient
  3. le patient se rend dans une pharmacie galénique qui prépare du cannabis médical
  4. attendez un peu de temps pour vous préparer, puis prenez le médicament à base de cannabis gratuitement

En conclusion, le cannabis dépendant de la SSR n’est « que pour les indications thérapeutiques que la Région a accréditées comme reconnues ». Actuellement, les utilisations (autres que les indications thérapeutiques) reconnues par le décret ministériel 9/11/2015 pour la prescription SSR gratuits sont :

  • Sclérose en plaques
  • douleur oncologique et chronique
  • cachexie (en cas d’anorexie, de VIH, de chimiothérapie)
  • vomissements et manque d’appétit causés par la chimiothérapie
  • glaucome
  • Syndrome de Tourette

Important : chaque région est autonome pour décider quelles pathologies font partie de la distribution gratuite et lesquelles ne le sont pas.

5. Achat de cannabis médical par les pharmacies

Les pharmacies italiennes qui préparent du cannabis médical (les estimations sont supérieures à 600 sur 19 000) peuvent obtenir du cannabis auprès de différents fournisseurs en fonction de l’origine :

  • Cannabis médical néerlandais : La pharmacie le commande à l’un des cinq distributeurs italiens autorisés de matières premières (ACEF, Fagron, Farmalabor, Fl-Group, Galen )
  • Cannabis médical italien : la pharmacie le commande par l’Institut chimique pharmaceutique militaire de Florence
  • Cannabis médical canadien : une pharmacie le commande à l’Institut chimique pharmaceutique militaire de Florence

Les méthodes utilisées par la pharmacie pour se procurer du cannabis médical sont les mêmes que pour tous les autres médicaments, c’est-à-dire avec un bon d’achat en trois exemplaires à envoyer (signature numérique PEC ou original papier) à l’entreprise.

Dans le bon d’achat, la pharmacie indique sans équivoque la variété de cannabis souhaitée et la quantité en grammes divisée par le nombre de bouteilles : par exemple, pour commander 250 grammes d’inflorescences, la pharmacie n’indiquera pas un générique « 250 g », mais « 25 bouteilles de 10 g » ou « 1 paquet de 250 g » en fonction des coupes disponibles.

arrivée à la pharmacie, le cannabis médical en inflorescences est téléchargé dans le registre d’entrée/sortie À l’ et déchargé progressivement avec les prescriptions médicales que le pharmacien préparera de temps à autre.

Mettez à jour votre pharmacie avec les préparations de cannabis médicinal Galenic

EXTRACTIONS ET ANALYSE DE CANNABIS MÉDICAL

Le cours en 3 points :

  • Le cannabis en tant que drogue
  • Développement de produits pour l’industrie
  • Préparations de pharmacie galénique

En savoir plus »

6. Achat de cannabis médical par AUSL/hôpitaux

L’ AUSL et les hôpitaux (pharmacies hospitalières) utilisent les mêmes modalités pour les pharmacies territoriales décrites dans le chapitre précédent.

En outre, ils peuvent toutefois recourir à l’importation directe , c’est-à-dire demander l’importation directement de Hollande (uniquement de Hollande) d’inflorescences de cannabis médical, sans passer par un distributeur intermédiaire, par le décret ministériel 11/02/1997 valable pour l’importation de stupéfiants non enregistrés en Italie.

De cette façon, il est possible de fournir du cannabis médical à plusieurs patients et avec une couverture de plusieurs mois (par exemple trois mois) avec une seule commande. Cette modalité, largement utilisée dans le passé, arrive lentement à son terme car elle nécessite des délais prolongés (généralement au moins deux mois), une organisation interne ad hoc de la structure hospitalière et le remboursement direct par la Région (payé par la SSR, comme expliqué dans le début de l’article). De plus, si elles ne sont pas organisées dans le temps, les traitements ultérieurs arrivent à l’hôpital/AUSL uniquement lorsque les stocks précédents sont terminés, ce qui soumet les patients à une interruption éventuelle du traitement.

7. Coûts du cannabis médical

Lorsque le patient paie le médicament de sa poche, la question qui vient immédiatement à l’esprit est : « Combien cela coûte-t-il ?

cannabis médical étant un médicament galénique (c’est-à-dire préparé de temps en temps par le pharmacien) et n’étant pas un médicament industriel fini (comme ceux que nous avons l’habitude d’acheter en pharmacie avec un dosage fixe, un nombre fixe de doses, une quantité fixe de substance), il est impossible de donner un prix unique du médicament à base de cannabis» Le .

Pour les médicaments galéniques, le pharmacien n’est PAS totalement libre de décider du prix, mais il se réfère obligatoirement à un taux établi par le ministère de la Santé avec lequel il calcule les prix de tous les médicaments galéniques qu’il fabrique (à base de cannabinoïdes et non cannabinoïdes, des sirops aux suppositoires, des papiers aux gouttes oculaires).

La seule certitude est que le ministère de la Santé vous oblige à vendre du cannabis pour 9€ par gramme 10% de TVA (sur les médicaments) quel que soit le coût demandé à Pharmacien, qui varie généralement de 9 à 11 € TVA 22 % (des matières premières).

À ce prix, il faut ajouter les coûts de préparation et de contenants (qui varient en fonction de la forme pharmaceutique préparée et de son danger), toujours établis par les Médicaments. En combinant tout, il est possible de donner quelques exemples de coûts pour faire comprendre le coût d’une thérapie (à l’exception du coût des contenants, des excipients et du nombre d’opérations technologiques) :

  • 30 papiers de 100 mg d’inflorescences de cannabis : environ 65€
  • 30 papiers de 500 mg d’inflorescences de cannabis : environ 190€
  • 30 papiers de 1000 mg d’inflorescences de cannabis : environ 330€
  • 50 ml d’huile de cannabis (5 g/50 ml) : environ 90€
  • 100 ml d’huile de cannabis (5 g/50 ml) : environ 160€

Comme il s’agit de médicaments, la dépense est déductible d’impôt (comme pour les médicaments industriels) au moyen d’un « reçu parlant » ou facture.

En outre, conformément au décret du 9 novembre 2015, la nécessité de titrage des préparations et extraits d’huile est ajoutée, qui doit être analysée par la loi.

Le décret impose l’analyse, mais pas le coût à attribuer au patient et/ou au pharmacien, car il n’est pas présent dans les honoraires professionnels et n’est spécifié dans aucune norme (par exemple, à l’exception de la Lombardie, qui a jusqu’à présent fixé un plafond de dépenses maximum pour la remboursabilité du analyses). Il y a donc une différence de prix considérable qui est actuellement évaluée par les organismes responsables.

8. Prescription de cannabis : les conclusions

Le cannabis médical ne peut être acheté que sur ordonnance , étant classé comme narcotique (même s’il est faible en THC). La recette a une durée de conservation de Trente jours.

cannabis à usage médical peut être acheté à l’hôpital/AUSL ou dans les pharmacies Le ouvertes au public qui fabriquent des préparations de médicaments galéniques et qui en ont en stock.

Veuillez noter que, afin de démontrer la légalité de la possession de la préparation magistrale à base de cannabis à usage médical, une copie de l’ordonnance estampillée et signée par le pharmacien à l’acte de délivrance doit être remise au patient ou à la personne qui retire le Préparation magistrale à base de cannabis, sans préjudice de l’interdiction prévue par l’article 44 de la TU. Avec le décret ministériel du 9/11/2015, le pharmacien est tenu de toujours fournir une copie datée, estampillée, tarifée et signée, même sans que le patient ne le demande. Le patient peut ensuite utiliser la copie de l’ordonnance du pharmacien pour prouver que le cannabis utilisé est légal et à usage thérapeutique.

Le médecin peut contacter votre région, ou l’AUSL territorialement compétente, pour savoir comment délivrer ces médicaments et comment les lois régionales sont appliquées pour une utilisation au sein de la SSR où ces lois ont été promulguées.

9. Références

Cet article a été rédigé grâce aux connaissances et à l’expérience du dr. Mark Ternelli. Pour en savoir plus sur le cannabis et la prescription, nous vous suggérons de consulter le Journal officiel du ministère de la Santé :

  • http://www.gazzettaufficiale.it/atto/serie_generale/caricaDettaglioAtto/originario?atto.dataPubblicazioneGazzetta=2017-06-03&atto.codiceRedazionale=17A03680&elenco30giorni=false

Un cours complet sur les préparations pharmaceutiques

MASTER CANNABIS MÉDICAL POUR PHARMACI

Le cours de formation en 3 points :

  • Cannabis : connaître le phytocomplexe
  • Système endocannabinoïde : fonctions physiologiques
  • Transformations : extractions, purifications, régulations, installations galéniques ou à grande échelle, analyse des cannabinoïdes

En savoir plus »

ORIENTATION

Dans un délai de 2 jours ouvrables, un informateur scientifique vous contactera pour vous orienter vers le parcours de formation le plus approprié.

Veuillez nous fournir vos coordonnées.

    Cours/Master of Interest/Cannabis médical de niveau I/Système endocannabinoïde/Cannabis médical clinique/Cannabis médical/Cannabis médical/Master CM et applications cliniques/Master CM et préparations pharmaceutiquesCannabis et alimentairesCannabis médical en pratique clinique (ECM) Cannabis Médecine en pratique galénique (ECM) Je consens au traitement de mes données tel que requis par la politique de confidentialité* (obligatoire) Je souhaite m’abonner à la newsletter

    • CANNABISCIENCE EST PARRAINÉ PAR :

    Tag : Plus d’info sur le CBD

    Comment se faire prescrire par le CBD ?